Courtrai à la vitesse de la lumière, avec Eurofiber

Courtrai ouvre à ses entreprises la plus rapide des voies numériques, avec la mise en place de 80 km de fibre optique accessible à toutes. Une solution à la fois moins chère, bien plus rapide et plus efficace que la technologie précédente. « Courtrai est de facto le poumon économique de la Flandre occidentale. Désormais, avec Eurofiber, nous sommes plus novateurs que jamais », déclare le bourgmestre Vincent Van Quickenborne.


Vocation

« Notre mission est évidente », commente pour sa part Hans Witdouck, originaire de Courtrai et CEO de Eurofiber. C’est donc lui qui a pris contact avec le bourgmestre Vincent Van Quickenborne. Les deux hommes sont convaincus que l’avenir sera numérique et veulent impliquer tous les intervenants –donc tout le monde– dans cette vision stratégique de l’avenir. Eurofiber a beaucoup investi dans le Courtraisis en installant notamment un anneau de fibre optique dont les quelque 80 km longent toutes les entreprises de la région. La fibre optique est absolument imbattable pour les applications vitales des entreprises, par sa vitesse de transmission et de communication. « Nous raccordons gratuitement toutes les entreprises qui se trouvent dans un périmètre de 300 mètres autour de notre anneau fibre optique. Et nous prenons rendez-vous avec toutes les autres », explique Hans Witdouck, qui ne cache pas sa fierté d’offrir de tels services à des tarifs nettement plus avantageux que Proximus et Telenet. Sans oublier que les entreprises qui font appel à Eurofiber n’ont absolument aucun frais d’installation à payer, ce qu’elles n’obtiendront pas auprès de la concurrence. C’est un avantage sans précédent.

Villes intelligentes

L’Europe a affirmé haut et fort que les applications numériques constituent une plus-value sociale et économique pour les villes, les entreprises et les citoyens. Les villes intelligentes (smart cities) feront partie intégrante de l’avenir. Et Courtrai veut résolument être de celles-là. Le bourgmestre Vincent Van Quickenborne, jadis en charge du numérique aux niveaux national et international et très impressionné par les performances du Japon et de la Corée du Sud en la matière, s’enthousiasme pour l’investissement de Eurofiber: « Courtrai est un grand pôle d’industrie manufacturière et s’enorgueillit de la présence de nombreux acteurs particulièrement puissants, dont Barco. » L’arrivée de Eurofiber renforce la prépondérance du numérique. Eurofiber est l’alternative par excellence pour les entreprises de la région. Un de ses premiers clients était d’ailleurs l’AZ Groeninge. Les organisations du secteur des soins de santé ont, plus que toute autre, besoin d’une disponibilité numérique à 100 %. Parmi les autres grands clients de Eurofiber, citons encore Van Marcke, Vandemoortele et le prestataire de services Savaco.

Priorité

Hans Witdouck explique que Courtrai est une région particulièrement importante pour Eurofiber. L’opérateur de liaisons fibre optique se concentre sur les principales régions et entreprises de Belgique et des Pays-Bas. Il a beaucoup investi dans le port d’Anvers, racheté toutes les activités fibre optiques de Syntigo/B-Telecom (les Chemins de Fer belges, dont toutes les voies sont équipées de fibre optique) et joue le rôle de fibre master sur le campus Corda d’Hasselt. « Aujourd’hui, nous nous focalisons exclusivement sur les services aux entreprises », confie Hans Witdouck. Le CEO est aussi résolument axé sur l’avenir, puisque chaque câble fibre optique compte aujourd’hui 144 fibres et 7 gaines de réserve pour augmenter la capacité.

Courtrai en véritable pionnier du numérique

L’Internet of things contribue à tout interconnecter, sans fil, mais aussi à très haute vitesse, grâce à la fibre optique. Il n’est donc pas étonnant que Eurofiber relie entre eux les points névralgiques d’Orange (ex-Mobistar). Pour une ville telle que Courtrai, l’option est résolument stratégique: « Avec Eurofiber, nous positionnons Courtrai en véritable pionnier du numérique. Les concurrents et les détenteurs de monopole ont perdu la partie », déclare le bourgmestre Vincent Van Quickenborne, farouche partisan d’une ville entièrement numérique, jusque dans les caméras de surveillance de chaque rue. Ceci nécessite évidemment une infrastructure numérique adaptée. Eurofiber souhaite toutefois se concentrer d’abord sur les services aux entreprises et aux pouvoirs publics, ce qui est évidemment essentiel à Courtrai également. À long terme, Eurofiber envisage aussi des services aux particuliers. « Il est temps », estime le bourgmestre Vincent Van Quickenborne. « Le monopole de Proximus et Telenet s’éternise. Chaque année, ces deux opérateurs augmentent les tarifs en raison de l’inflation, alors que cette inflation provient précisément de Telenet et Proximus. Il est donc temps que Eurofiber y mette un terme. » Les entreprises et sans doute bientôt aussi les citoyens de Courtrai seront les premiers à en bénéficier.

[ssbp]